» Le treuil de la carrière Auboin dit "Le treuil de Châtillon" » Les étapes de la restauration, première partie
 
Les étapes de la restauration, première partie
Du début des travaux en 1983 jusqu’à l’inauguration en 1992.

 

LA « DECOUVERTE » DU TREUIL

C’est en 1983, sur des indications de Madame LANCE, Clamartoise, et de Monsieur MARTIN, Châtillonnais, que nous apprenons l’existence d’un treuil de carrière, perdu dans la végétation, entre les rues Lasègue et Ampère. Après de fastidieuses recherches et enquête de voisinage, Mademoiselle PETER, Châtillonnaise, retrouve le propriétaire actuel, Monsieur AUBOIN-VERMOREL, lequel est un descendant de l’exploitant carrier.

01 1983 : La face Sud du treuil dans la végétation.

1983 : La face Sud du treuil dans la végétation.

Le treuil de carrière de Châtillon est en quelque sorte un miraculé. En effet, le carrier Monsieur AUBOIN, étant propriétaire du terrain, ne fut pas soumis à la même obligation que ses confrères, c’est à dire rendre le terrain propre à la culture à la fin de l’exploitation en comblant le puits avec les maçonneries du treuil.

En raison de l’importance de cette découverte, ce treuil étant le dernier digne de ce nom en région parisienne, nous avons proposé au propriétaire un projet de restauration afin de mettre en valeur et de faire revivre ce patrimoine industriel méconnu.

LES ETAPES DE LA RESTAURATION

1983

La première visite du treuil a lieu en septembre 1983. Les deux maçonneries principales étaient envahies par le lierre et la végétation. Le puits n’était protégé que par un grillage en mauvais état et quelques morceaux de bois. L’ensemble de la forme était recouvert de terre sur laquelle poussaient des arbres. De nombreux bidons rouilles, des pièces métalliques diverses et des déblais de démolition recouvraient le manège dont on ne soupçonnait pas l’existence. Les deux petites piles et la charpente en bois avaient disparu. Le puits n’était accessible que sur 25 mètres, les dix derniers mètres étant remplis de détritus divers plus ou moins concrétionnés par une arrivée d’eau située à environ 5 mètres de la surface.

02 1983 : Face Sud-Est

1983 : Face Sud-Est

1984

Dès le mois de mai 1984 commence le débroussaillage des maçonneries principales. Les arbres trop proches sont enlevés. Le projet de réhabilitation est mis au point fixant les tranches de travaux et les dépenses nécessaires. L’inscription du chantier au sein de l’Union R.E.M.P.ART. nous a aidé dans nos démarches administratives.

03 1984 : Débroussaillage de la pile Ouest

1984 : Débroussaillage de la pile Ouest

1985

Pour des raisons de sécurité le puits est recouvert d’un platelage en bois formé de madriers et de planches. Des travaux de déblaiement mettent en évidence une partie de la forme et le manège. Les terres dégagées servent à consolider le côté sud du puits, un mur en pierres sèches maintenant l’ensemble. De nombreux détritus sont évacués du site grâce aux bennes métalliques mobiles mises à notre disposition par la Ville de Châtillon.

04 1985 : Installation d'un platelage en bois au dessus du puits

1985 : Installation d’un platelage en bois au dessus du puits

05 1985 : Déblaiement du manèg

1985 : Déblaiement du manège

1986

Plusieurs rangs supérieurs de moellons des deux piles du treuil sont fragilisés par des racines de lierre. Les pierres sont démontées, nettoyées puis remises en place en utilisant un mortier formé de sable, de chaux et de ciment blanc. Plus résistant aux intempéries, ce mortier est d’une couleur proche de celle du plâtre d’origine. Le plâtre gros que l’on trouve aujourd’hui n’a plus les mêmes caractéristiques que le plâtre de construction de la fin du 19ème siècle.

Les travaux de reconstruction des deux piles du manège ont nécessité la récupération de 12 mètres cube de moellons. Grâce à l’intervention de Madame LANCE auprès de la Ville de Clamart nous avons pu les récupérer sur un chantier de démolition. Ces pierres sont de même couleur et de même structure que celles du treuil.

06 986 : vestige des fondations de la pile Sud du manège.

1986 : Vestige des fondations de la pile Sud du manège.

La pile sud du manège était inexistante. Une fouille minutieuse permet de mettre en évidence quelques morceaux de plâtre ainsi qu’un trou de dix centimètres de côté laissé par le gabarit qui servit à sa construction. Ces traces sont suffisantes pour la localiser avec précision.

Deux rangs de pierres de la pile nord étaient encore en place. Elle reposait directement sur la forme dallée.

07 1986 : Vestige de la pile Nord su manèg

1986 : Vestige de la pile Nord su manège

Les fondations de la pile sud sont réalisées sur un petit radier en même temps qu’un escalier de 6 marches qui facilite l’accès au sol naturel en contrebas.

08 1986 : Construction de la fondation de la pile Sud du manège.

1986 : Construction de la fondation de la pile Sud du manège.

1987

Les piles sud et nord du manège sont élevées selon une méthode probablement proche de celles utilisée lors de la construction originelle. Un gabarit de bois formé de deux mâts de 4,50 mètres est planté dans le sol de chaque côté des fondations. Quatre ficelles sont tendues aux angles de deux cadres en bois situés respectivement en haut et en bas ce qui permet d’aligner parfaitement les lits de pierres.

09 1987 : Construction de la pile Sud du manèg

1987 : Construction de la pile Sud du manège

10 1987 : Les deux piles du manège sont terminées

1987 : Les deux piles du manège sont terminées

1988

Les poutres en chêne destinées à soutenir les parties mécaniques du manège sont mises en place. La plus grosse, mesurant 8,50 mètres de long pour un poids de 400 kilos, est hissée sur les deux piles à l’aide de palans fixés sur des potences le long des piles. Deux jambes de force sont installées dans les réservations prévues à cet effet dans les maçonneries. Les deux poutres, de 6 mètres de longueur, reliant la poutre principale au massif ouest du treuil sont montées de la même manière. Les bois sont traités contre les moisissures, les insectes et les intempéries.

11 1988 : Mise en place de la poutre principale du manège.

1988 : Mise en place de la poutre principale du manège.

12 1988 : Mise en place des poutres secondaire du manège.

1988 : Mise en place des poutres secondaires du manège.

1989

L’opération la plus délicate est le démontage des engrenages, ces pièces étant de masse importante. L’axe du tambour, muni de deux paliers grippés, de trois cerclages et de la roue dentée, pesait 800 kilos. Le grand engrenage pèse à lui seul 530 kilos. Quant à l’ensemble constitué de l’axe secondaire avec pignon, poulie de freinage et deux paliers, il pèse 500 kilos.

Un portique, constitué de deux poutres IPN en croix posées sur trois poutrelles triangulées, est boulonné sur les parties restaurées des maçonneries. La principale difficulté est de hisser la poutrelle métallique de 120 kilos à deux mètres au dessus du treuil.

13 1989 : Le portique pour le démontage des parties mécaniques

1989 : Le portique pour le démontage des parties mécaniques.

Les 50 mètres de câble d’acier rouillé sont démontés premier. Puis l’axe du tambour est descendu. Etant dans l’impossibilité de désolidariser le grand engrenage du pignon de l’axe secondaire, les deux pièces étant soudées par la rouille, l’ensemble est descendu d’un bloc et déposé sur le platelage. Par la suite, ils seront séparés par l’action conjuguée de la chaleur et de produits dégrippants.

14 1989 : Démontage des engrenages soudés par la rouille

1989 : Démontage des engrenages soudés par la rouille.

L’axe du tambour, carré de 10 centimètres de côté, était plié à 30 degrés suite à un feu de broussailles qui enflamma le tambour en bois. Il est redressé à froid par une entreprise spécialisée qui remet également en état les paliers. L’axe secondaire et la poulie de freinage sont remis en place sur les éléments de la charpente, puis les maçonneries complétées.

15 1989 : Mise en place de l'axe secondaire avec la poulie de freinage.

1989 : Mise en place de l’axe secondaire avec la poulie de freinage.

La partie affaissée de la forme à l’angle Nord-Est a été reconstruite. Les dalles ont été retirées avec un treuil à manivelle de carrier, appelé "mécanique", puis remises en place en les roulant sur un chemin de bois après avoir reconstruit le mur en pierre sèches.

16 1989 : Mise en place d'une dalle de la forme dans l'angle Nord-Est.

1989 : Mise en place d’une dalle de la forme dans l’angle Nord-Est.

1990

La principale réalisation est la reconstruction du tambour du treuil. Celle-ci est l’objet d’une étude approfondie étant donné qu’il ne reste que les parties métalliques. Les photographies prises en 1934 par Monsieur PONTACQ nous montrent que le tambour était formé d’un tronc plein. La difficulté de la reconstitution aurait été de percer un trou carré de 10 centimètres de côté au centre d’un arbre de 60 centimètres de diamètre et de 3,65 mètres de longueur.

17 1934 : Vue du tambour, photo Paul Pontacq

1934 : Vue du tambour, photo Paul Pontacq.

La solution retenue consiste à assembler autour de l’axe quatre pièces de bois rectangulaires ayant un pan coupé à 45 degrés de manière à former l’ébauche du cylindre. Une fois assemblé, le tambour est travaillé pour lui donner sa forme cylindrique finale.

18 1990 : Tambour en cours de montage

1990 : Tambour en cours de montage.

Les cerclages d’origine et le nouveau cerclage octogonal , côté engrenage, sont remis en place à chaud. Le grand engrenage est ensuite encastré à sa place sur le tambour et immobilisé, comme à l’origine, par une série d’aiguilles plates de 10 à 40 centimètres de longueur.

19 1990 : Construction du tambour, mise en place de la roue dentée et des aiguilles de serrage.

1990 : Construction du tambour, mise en place de la roue dentée et des aiguilles de serrage.

Il ne reste plus qu’à le remonter en haut du treuil. Pour cette opération il faut réinstaller le portique qui servit à le descendre, mais cette fois le portique métallique doit être hissé à 2,50 mètres au-dessus du treuil pour permettre au tambour de pivoter lors de sa mise en place L’ensemble, pesant plus de 2 tonnes, est remis en place le 1er septembre 1990.

20 1990 : Mise en place du tambour

1990 : Mise en place du tambour.

Les pièces mécaniques manquantes du manège sont provisoirement réalisées en bois ce qui permis aux 1500 visiteurs de la Journée Portes ouvertes des Monuments Historiques de voir tourner le treuil.

1991

Avant de s’attaquer à la restauration du manège proprement dite, le travail le plus urgent est de réaliser les plans de chaque pièce manquante. Il s’agit principalement des deux engrenages à renvoie d’angle, des deux arbres de transmission, de trois paliers, d’une crapaudine, du système d’attelage du cheval et de nombreuses autres pièces d’assemblage. La fabrication et la mise à disposition de certaines de ces pièces nécessitant plusieurs mois, la commande est passée auprès de plusieurs entreprises du nord et du sud de la France, notamment une fonderie pour la réalisation des engrenages à renvoi d’angle et d’une forge.

21 1991 : vue de la face Sud du treuil avec des engrenages provisoires en bois et le platelage mobile au dessus du puits

1991 : vue de la face Sud du treuil avec des engrenages provisoires en bois et le platelage mobile au dessus du puits.

En parallèle, un atelier-remise est construit par les bénévoles. Celui-ci, destiné au stockage du matériel, sera amené à remplacer certaines cabanes vétustés après leur démolition.

22 1991 : Construction de l'atelier-remise

1991 : Construction de l’atelier-remise.

1992

Une cabane de jardinier adossée contre la face Sud de la forme est démontée. Le mur en pierre maintenant apparent est consolidé en mettant des blocs dans les cavités.

23 1992 : Démontage de la cabane de jardinier et consolidation par les blocs de pierre

1992 : Démontage de la cabane de jardinier et consolidation par les blocs de pierre.

Les pièces mécaniques commandées sont reçues au mois d’aout et installées :

  • Roue et pignon de l’engrenage conique
  • Barres de transmission horizontale et verticale
  • Partie fixe du manchon de couplage et la fourche de manœuvre
  • Crapaudine supportant l’axe verticale
  • 3 paliers bronze
  • Arceau, manchon de fixation et tirant du manège
  • Clavettes, colliers de positionnement

24 1992 : Pièces mécaniques fabriquées ; à gauches l'engrenage à renvoi d'angle, à droite, les autres pièces du manèges, la grande barre de transmission n'est pas montrée

1992 : Pièces mécaniques fabriquées ; à gauches l’engrenage à renvoi d’angle, à droite, les autres pièces du manèges, la grande barre de transmission n’est pas montrée.

25 1992 : Montage de la barre de transmission horizontale munie de son manchon de couplages pièces mécaniques et mise en place des engrenages

1992 : Montage de la barre de transmission horizontale munie de son manchon de couplages pièces mécaniques et mise en place des engrenages.

La partie Est de la forme est restaurée ainsi que le dallage du manège. La restauration du manège se révèle être une tâche difficile. Ceci est principalement dû au poids de la plupart des pièces qui pèsent entre 40 et 150 kg.

26 1992 : Taille et mise en place des dalles manquantes du manège

1992 : Taille et mise en place des dalles manquantes du manège.

Le 10 octobre 1992, le treuil fut inauguré en présence du propriétaire Mr AUBOIN-VERMOREL et de sa famille, de Mr FOUCHER député-Maire de Clamart, de Mr HINDRE, adjoint au maire de Châtillon pour la culture, des membres de l’association et de nombreux invités.

Pour la première fois depuis la fin de l’exploitation de la carrière, un cheval actionnait le manège et remontait un bloc de pierre.

27 10 octobre 1992 : inauguration du treuil

10 octobre 1992 : Inauguration du treuil
  • Photo de gauche : de gauche à droite : Mr FOUCHER, Mr AUBOIN-VERMOREL, Mr HINDRE.
  • Photo de droite : Géronimo au manège.

L’année 1992 est marquée par deux autres évènements d’importance :

  • L’inscription du Treuil de carrière de Châtillon à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.
  • L’obtention du Grand Prix du Patrimoine des Hauts-de-Seine.

Ceux-ci viennent récompenser les dix années d’effort consacrées par les bénévoles à la restauration du treuil.

Suite dans la deuxième partie : De 1993 à nos jours….
 
 
Publié le mercredi 3 octobre 2007
Mis à jour le vendredi 10 avril 2009
par PICAR

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le mercredi 3 octobre 2007 par PICAR
Mis à jour le samedi 18 octobre 2008
 
Publié le samedi 20 septembre 2008 par PICAR
Mis à jour le dimanche 19 octobre 2008
 
Publié le mercredi 3 octobre 2007 par PICAR
Mis à jour le mardi 14 octobre 2008
 
Publié le mardi 14 octobre 2008 par PICAR
Mis à jour le mercredi 29 mai 2013
 
Publié le jeudi 5 février 2009 par PICAR
Mis à jour le vendredi 9 décembre 2016
 
Publié le mardi 6 novembre 2007 par PICAR
Mis à jour le mardi 2 juin 2015